Rencontre avec François Deprey

Courant octobre 2020, nous avons échangé avec François Deprey, CEO de GS1 France.

François a eu plusieurs mandats d’administrateur de l’Acsel par le passé.
Aujourd’hui il continue de s’investir dans l’association et accueille dans les locaux de GS1 certaines de nos conférences.

 

 

 

  • François, pouvez-vous revenir en quelques phrases sur votre parcours ?

J’ai un parcours de près de 15 ans en Marketing et Commercial en grande consommation, dont 7 ans comme Directeur Marketing au sein de la Coopérative Sodiaal (Candia, Entremont). J’ai pris la Direction générale de GS1 France il y a 6 ans et découvert un monde méconnu mais essentiel, celui de la standardisation.
GS1, c’est l’organisation mondiale de standardisation, neutre et sans but lucratif, créée par les entreprises pour faciliter le commerce et optimiser les supply chains grâce à un meilleur partage des données. 2 millions d’entreprises y sont adhérentes dans le monde et ce chiffre ne cesse d’augmenter. En France, une équipe de 100 personnes accompagne près de 45 000 entreprises issues d’un panel très varié de secteurs de l’économie pour partager un langage commun et pour favoriser l’interopérabilité, sur tous les usages. Car les standards GS1 s’appliquent à toutes les technologies : du code-barre à l’origine jusqu’à la blockchain aujourd’hui, en passant par l’EDI, les API, la RFID , etc…

 

  • Pourquoi avez-vous décidé de vous investir au sein de l’Acsel ? 

La force de l’Acsel réside dans le travail de ses commissions qui adressent la quasi-totalité des enjeux de la transformation numérique des entreprises. GS1 France est un acteur privilégié de cette transformation, dans un registre unique, qui est celui de la standardisation des données. Il m’est apparu évident de consacrer du temps dans l’Acsel, dont le rayonnement transversal et multi-sectoriel est parfaitement compatible avec la mission de GS1 France. A titre d’exemple, le travail réalisé depuis 4 ans par la Commission IoT pour explorer les usages et le passage à l’échelle de cette technologie a permis de faire émerger les besoins futurs d’interopérabilité des données, question essentielle de mon point de vue et chère à une organisation comme la nôtre.

 

  •  En tant que CEO de GS1 France, quelles sont les grandes tendances / innovations à suivre selon vous dans le secteur du retail ?

Les impératifs sociétaux et environnementaux d’un côté et l’accélération de la transformation digitale de l’économie de l’autre sont les grandes tendances actuelles et probablement durables, auxquelles le retail n’échappe pas. Ces deux tendances sont parfois antagonistes (c’est le cas par exemple sur la 5G) ou peuvent se combiner positivement. L’économie circulaire est potentiellement dans ce deuxième cas, tant il sera difficile de faire circuler les objets, les produits, leurs composants sans faire aussi circuler les données qui s’y rapportent. Le retail est un des secteurs – avec beaucoup d’autres – qui va devoir particulièrement repenser son modèle, aidé de nouvelles technologies, pour répondre à ces objectifs environnementaux, et au cadre réglementaire qui en découlera inéluctablement.

Le numérique, tout comme l’économie circulaire, seront sans doute les motifs de nouvelles formes de collaboration entre entreprises, repoussant les frontières sectorielles, pour peu que les acteurs sachent sortir d’une vision propriétaire de leurs données.