Rencontre avec Smara Lungu

 

En juillet 2024, nous avons échangé avec Smara Lungu, Directrice stratégie, marketing et relations institutionnelles chez DOCAPOSTE

Membre du Conseil d’administration
 
  • Pouvez-vous revenir sur votre parcours en quelques mots ?

Je travaille depuis près de 20 ans au sein du Groupe La Poste, entreprise qui m’a séduite par son utilité sociétale et la multiplicité des enjeux auxquels elle doit répondre. 4 champs d’activité structurent mon parcours professionnel :

– le marketing stratégique, les data sciences et les analyses territoriales dans l’entité Réseau Grand Public qui gère les 17 000 points de contact de La Poste.
– le monde institutionnel, des politiques publiques et du dialogue politique. J’ai piloté à ce titre l’une des 4 missions de service public de La Poste, l’aménagement du territoire et porté le projet d’intégration des bureaux de poste dans le cadre de la politique publique d’accessibilité aux services France Services ;
– les pivotements de modèle dans des environnements complexes, comme par exemple la création en 2020 d’un grand pôle financier public CDC – La Poste – La Banque postale et CNP Assurances qui a nécessité une évolution du cadre législatif ;
– J’ai rejoint Docaposte, filiale numérique du Groupe La Poste, en 2021 et j’ai intégré le Comité exécutif en 2022. Leader sur le marché de la confiance et de la souveraineté numériques, Docaposte contribue à la transition numérique des entreprises et des territoires en alliant performance technologique et sens de l’intérêt général. A ce titre, Docaposte place la donnée sensible au cœur de son projet et s’engage dans le développement d’infrastructures et de solutions durables et inclusives. Pour ma part, j’ai en chargé le pilotage de plusieurs directions support au service du business : la stratégie, le marketing et les relations institutionnelles. institutionnelles.

  • Pourquoi avez-vous décidé de vous investir au sein de l’Acsel ?

Docaposte est un membre historique et contributeur actif des travaux de l’ACSEL. De mon côté, j’ai souhaité agir et construire avec le collectif dans les domaines qui me tiennent à cœur : le numérique, l’inclusion numérique et sociale, la protection des données sensibles. Au-delà de la pertinence des travaux réalisés, l’ACSEL est également un écosystème très uni dans lequel le travail constructif, coopération entre les acteurs et plaisir de partager sont intimement liés.

l’Acsel est également un écosystème puissant dans le décryptage et la compréhension des tendances socio-économiques et technologiques du marché numérique français et européen et dans la définition des stratégies d’adressage de certains marchés sectoriels comme la finance ou la santé.

Docaposte contribue actuellement à plusieurs travaux de l’ACSEL, comme ceux de la Think Factory ou bien la publication annuelle des baromètres Confiance et numérique et Croissance et digital. C’est une grande fierté car ces travaux sont devenus des références pour les acteurs du marché. Au-delà de la pertinence des travaux réalisés, l’ACSEL est également un écosystème très uni dans lequel le travail constructif, coopération entre les acteurs et plaisir de partager sont intimement liés. C’est ça aussi qui contribue à la dynamique globale de l’association, pour l’intérêt du collectif.

  • En tant  que directrice stratégie, marketing et relations institutionnelles chez Docaposte quelles sont les grandes tendances à suivre en 2024 selon vous ?

L’année 2024 n’a pas fini de nous surprendre ! Elle devient ces derniers mois une année de transition et de transformation. Le paysage du marché numérique reste marqué par l’impact des innovations technologiques et notamment de l’IA. En même temps, il est confronté à des perturbations conjoncturelles sur certains segments comme le conseil, la finance ou le secteur public. Ces tendances s’accompagnent de fortes vagues d’internalisation des compétences, de baisse des investissements et des créations nettes d’emploi. Cela nous invite à requestionner en permanence nos modèles, nos priorités et notre capacité d’adaptation.

L’année 2024 sera également l’année de la prise de conscience des enjeux cyber. Les tensions géopolitiques de plus en plus mondialisées et la prise de conscience des enjeux liés aux données sensibles nous y invitent. Les entreprises devront allier anticipations technologiques, responsabilité environnementale et sécurité des infrastructures.