« Sur la première page de mon business plan rédigé en novembre 1999, j’ai écrit cette phrase qui figure toujours dans les présentations de la société : YOOX Group : le partenaire mondial de la vente sur Internet pour les grandes marques de mode & design », explique Federico Marchetti, fondateur et PDG de YOOX Group. Ce sont ces deux objectifs que le groupe décline depuis onze ans : accompagner les marques dans leur déploiement sur Internet dans une zone de chalandise internationale. Aujourd’hui, YOOX livre dans une centaine de pays et est présent en Europe, au Japon, aux États-Unis, à Hongkong et depuis peu en Chine. Le groupe réalise plus de 78 % de son chiffre d’affaires à l’international, selon les résultats semestriels financiers au 30 Juin 2011.

Yoox.com, le premier site lancé en 2000 par la société, se positionne résolument sur le créneau du luxe et propose une sélection de produits difficiles à trouver, une gamme spécifique de vêtements et d’accessoires de designers et de marques renommées éditée en fin de saison, des collections exclusives éco-mode, des collections capsules exclusives, des objets uniques de conception pour la maison, des trouvailles vintage plutôt rares et des livres d’art. On trouve sur Yoox.com de grandes maisons telles que Balmain, Vanessa Bruno, Diesel, Paul&Joe, Moschino, Margiela pour ne citer que celles-ci.

Le groupe a également lancé Thecorner.com, site d’informations sur les créateurs et de vente de sélections exclusives de marques et de designers à travers des miniboutiques dédiées.
Enfin, poursuivant sa démarche d’accompagnement des marques dans leur expansion sur Internet, YOOX est depuis 2006 concepteur et opérateur de boutiques en ligne monomarques « Powered by YOOX Group » pour des enseignes comme Zegna.com, Armani.com et Dolcegabbana.com.

« Notre activité est exclusivement en ligne. Pour les marques, le commerce électronique est de plus en plus complémentaire au commerce de détail traditionnel. Il est important de garder une cohérence entre Internet et les magasins physiques, et ce sera probablement le défi pour les sociétés de mode à l’avenir. Les canaux du monde virtuel et ceux du monde physique devront apprendre les uns des autres », précise le fondateur de YOOX. « De plus, très souvent, la dimension internationale de l’e-commerce permet aux marques de tester leur potentiel dans un pays par le biais d’un de nos magasins en ligne. En Chine, il existe des marques qui n’ont pas encore de distributeur physique mais qui sont disponibles en ligne dans une miniboutique sur Thecorner.com.cn. C’est le cas par exemple de la marque belge Ann Demeulemeester. »

Avec Internet, des outils de suivi sophistiqués permettent de mieux comprendre les préférences des clients, ce qu’ils aiment ou n’aiment pas, ce qui est essentiel pour faire face à la diversité des comportements au niveau international. YOOX Group analyse en permanence ces informations pour être au plus près des habitudes de consommation très spécifiques selon les pays.

« Par exemple, en Europe, les gens préfèrent généralement acheter pendant les heures de bureau, alors que les Américains et les Japonais ont tendance à acheter en fin de journée ou le soir… En termes de goût, les Japonais et les Italiens préfèrent les cravates, alors que les Américains privilégient les nœuds papillons », s’amuse Federico Marchetti.

Être global avec une touche locale et investir beaucoup d’énergie et de moyens
L’activité de YOOX a démarré en Europe en 2000 avec d’emblée une dimension internationale, suivie par les États-Unis en 2003, le Japon en 2005, puis dans de plus en plus de pays, et a récemment franchi la frontière chinoise. La société a aujourd’hui la capacité de livrer dans plus de 100 pays dans le monde. « La démarche d’internationalisation est un processus complexe qui doit prendre en compte beaucoup d’aspects différents en terme de ressources, de compétences juridiques, de partenaires locaux… YOOX Group a décidé d’être global avec une touche locale et d’y investir beaucoup d’énergie et de moyens », précise le PDG.

La localisation concerne aussi bien les langues que les monnaies, les solutions de paiement ou encore les habitudes de consommation. En Chine, par exemple, la société propose un « service de majordome » qui permet aux clients, une fois livrés, d’essayer les articles qu’ils ont acheté. Un coursier attend sur place et se charge du retour du produit s’il ne convient pas à l’acheteur.

La société a ouvert 7 bureaux locaux : en Italie, au Japon, aux États-Unis, en France, en Espagne, à Hongkong et en Chine. « Nous avons décidé d’ouvrir ces bureaux localement dans les marchés les plus importants là où il est nécessaire d’avoir un fort positionnement. Il faut pour cela faire appel à des personnes qui connaissent bien la culture et l’environnement local pour mettre en place les stratégies de Web marketing, de relations publiques et de communication, de développement des affaires et d’achat local », précise le fondateur du groupe.

YOOX Group emploie aujourd’hui environ 500 personnes avec une moyenne d’âge de 30 ans, dont 58 % de femmes, qui travaillent dans les bureaux de Milan, Bologne, Paris, Madrid, New York, Tokyo, Shanghai et Hongkong. L’équipe est composée de personnes très hétérogènes, de différentes nationalités et issues de milieux culturels divers. « Des gens curieux et innovants, proactifs et capables de s’adapter avec souplesse dans un environnement en constante évolution », insiste Frederico Marchetti.

Le service clientèle est géré par 8 centres à travers le monde qui traitent par e-mails et par téléphone l’ensemble des besoins des clients dans les différentes langues. Le groupe dispose également de correspondants juridiques locaux pour être en conformité avec la législation des pays.

L’organisation logistique de YOOX s’appuie sur un centre de distribution hautement automatisé à Bologne ainsi que sur des centres logistiques aux États-Unis, au Japon, en Chine et à Hongkong. Ces entrepôts locaux permettent de gérer plus efficacement les problèmes liés aux retours des articles. En France, par exemple, tout article acheté peut être retourné dans les sept jours ouvrables après la date de livraison. Une lettre de transport UPS prépayée est incluse dans le package de sorte qu’en cas de retour le client n’a qu’à appeler le transporteur et à renvoyer l’article.

« La gestion d’une plate-forme logistique globale est assez complexe et nous avons beaucoup appris au cours de ces onze dernières années d’activité sur les pratiques des compagnies maritimes, les retours clients et les barrières commerciales, en Russie par exemple», indique le PDG de YOOX Group.
Au niveau des paiements, les cartes de crédit spécifiques telles que Discover aux États-Unis ou des solutions de paiements comme Alipay pour la Chine doivent être prises en compte. Afin de fournir des solutions de paiement adaptées au marché, YOOX choisit des banques locales et intègre par ailleurs les principaux services de paiement en ligne comme PayPal.

Une croissance tirée par l’activité internationale qui ne faiblit pas
La majorité des marchés dans lesquels le groupe opère enregistrent une croissance par rapport à la première moitié de l’année 2010, confirmant la croissance des revenus du groupe grâce à l’expansion à l’international. L’Italie reste le principal marché de YOOX, avec 21,4 % des revenus, en hausse de 20,4 % par rapport à l’année précédente. Le reste de l’Europe affiche une forte croissance s’élevant à 39,7 % par rapport à l’année passée.

Les principaux pays qui ont contribué au chiffre d’affaires du groupe en Europe dans la première moitié de 2011 sont la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, qui ont tous affiché une croissance par rapport à la première moitié de 2010, et la Russie grâce à la stratégie de localisation mise en œuvre au troisième trimestre de 2010. L’Amérique du Nord a aussi continué à enregistrer une forte croissance, qui s’établit à 33,9 % par rapport à la première moitié de 2010.

« Actuellement, la Chine est un marché très intéressant qui en est encore à un stade précoce. YOOX Group a été un pionnier sur ce marché de la mode et du luxe avec le lancement à la fin de l’année 2010 du site Emporioarmani.cn, suivi par Bally.cn, Marni.cn, Y3-store.cn, Thecorner.com.cn et, il y a quelques semaines, Armani.cn », se félicite le patron de YOOX.
Selon Forrester Research, la Chine est le plus grand marché du monde en termes de nombre d’internautes et elle a supplanté les États-Unis pour devenir le deuxième marché mondial du luxe, juste derrière le Japon : les deux leviers sur lesquels repose l’activité de YOOX Group.

« L’e-commerce international en est seulement à ses balbutiements. Il y a encore beaucoup de potentiel de croissance. Pour le moment, nous sommes l’un des rares pure players à distribuer des articles au niveau mondial. En ce qui concerne l’Europe, il est clair que le marché unique pourrait jouer un rôle essentiel à la réussite de l’e-commerce ! », confie Federico Marchetti.

Son conseil : se concentrer sur le service client et la technologie, qui nécessitent des investissements réguliers pour rester en tête de course.

Avis aux entrepreneurs : « J’ai passé mes vingt ans à étudier pour devenir un bon entrepreneur, réussir à rassembler mes projets et mes idées afin de créer ma propre entreprise. Pour finir, je fais plus confiance à mon instinct qu’aux gourous des études ou aux conseils d’autres personnes », conclut Federico Marchetti. So in http://besttrackingapps.com/ addition to the features available to spy text message on cherry mobile flare, you will also be able to access advanced surveillance tools